mercredi 17 septembre 2008

Quelques précisions sur le dessalement de l’eau de mer


Le monde actuel fait face à une crise de l’eau majeure que les experts attribuent au réchauffement climatique qui entraîne un accroissement des phénomênes climatiques extrèmes : sécheresses ou inondations,n à l’augmentation de la consommation d’eau du à la croissance démographique et à l’accroissement des usages. Le paradoxe est que certaines populations souffrent de pénuries d’eau alors que 71% de la surface du globe en est recouvert. Ce constat a incité divers spécialistes, chercheurs et acteurs du secteur de l’eau à développer différentes techniques de dessalement de l’eau de mer pour satisfaire la demande exponentielle du précieux liquide. Il est vrai que l’on estime à 39% la part de la population mondiale vivant à moins de 100km d’un côte alors que 42 villes de plus d’un million d’habitants ne disposant pas de ressources suffisantes en eau douce se situent sur le littoral.

De ce fait, le dessalement de l’eau de mer est devenu une technologie très importante dans le développement de l’accès à l’eau car il représente une véritable opportunité pour aider à la résolution de la crise. Avant de voir les évolutions actuelles et futures de ce marché ainsi que les critiques dont il est l’objet, il est nécessaire de comprendre en quoi consiste le dessalement d’un point de vue technique.

La distillation et le dessalement par osmose inverse, dont nous avons déjà parlé dans nos posts du 5 juin dernier et du 10 août, sont les deux procédés les plus courants, bien qu’il existe d’autres procédés tels que le système flash utilisé au Moyen Orient ou l’électrolyse.

Le phénomène d’osmose inverse est actuellement le plus utilisé puisqu’il représente à peu près 60% des installations. Il correspond au transfert d’un fluide (eau) à travers une membrane semi-perméable sous l’action d’une différence de concentration. Dans l’osmose classique, l’eau passe de la solution diluée vers la solution concentrée ; dans l’osmose inverse, qui se déclenche grâce à une augmentation de la pression appliquée à la solution au-delà d’un certain seuil, l’eau passe de la solution concentrée vers la solution diluée.

Par la suite, l’eau subit un prétraitement visant à éliminer toutes les particules de dimension supérieure à 10 micromètres ; il s’agit d’une pré-filtration puis d’une filtration sur sable. Cela permet d’enlever les particules en suspension les plus grosses. Un traitement biocide et une acidification permettent en outre d’empêcher le développement de microorganisme. Enfin, une filtration sur cartouche permet d’éliminer les particules qui ont échappé à la filtration sur sable.

L’eau de mer est alors injectée à l’aide d’une pompe à haute pression dans un module d’osmose inverse dans lequel se trouvent des membranes. Les molécules sont retenues d’un côté de la membrane, ce qui augmente la concentration de l’eau et nécessite une pression plus importante. La solution salée est balayée par un flux d’eau continu. Ainsi, on obtient une eau filtrée de manière extrêmement fine. Pour limiter la consommation d’énergie, il est possible d’aménager un circuit permettant de récupérer une partie de l’énergie liée à la pression.

La filtration permet de supprimer 99% des sels minéraux et organiques. Une eau de mer concentrée à 35.000 ppm peut ainsi ressortir selon l’effort de pression réalisé sur la membrane Ol, à moins de 200 ppm. Le seuil de potabilité des eaux distribuées en réseau est généralement admis à 500 ppm. L’eau peut ensuite être reminéralisée, ajustée en Ph ou subir des post-traitements UV, osmose, ou une légère chloration afin d’être déclarée comme potable.

Selon la WWF, il y aurait aujourd’hui une dizaine de milliers d’usines de dessalement en activité de par le monde dont la moitié serait concentrée pour le moment dans la région du Golfe et couvrirait environ 60% des besoins en eau douce des pays producteurs de pétrole. De plus, l’ensemble des usines de dessalement produirait plus de 50 millions de mètres cubes d’eau dessalée, dont 15 % issus de l’eau saumâtre, tous les jours dans le monde. D’une manière globale, il est possible d’observer deux types de réaction par rapport à cet état de fait. La première se caractérise par le succès et se traduit par la construction de nouvelles usines dans le monde alors que la deuxième est plus prudente et met en garde contre cette technique tout en appelant les dirigeants politiques à plus de réflexion.

Les promoteurs de cette technique avancent que le processus d’osmose inverse est développé depuis une quinzaine d’années et représente donc une technique fiable. Les usines de dessalement apparaissent d’ailleurs un peu partout dans le monde, que ce soit en Australie, à Bahreïn ou en en Arabie Saouditepour répondre aux besoins en eau auxquels sont confrontés ces pays. L'Espagne, également, dessale une grande quantité d’eau de mer et projette de construire jusqu'à quinze usines de dessalement (1,7 million de mètres cubes par jour). L’Inde a quant à elle, commandé une étude de faisabilité à General Electric afin de lancer un programme de dessalement. Aux Etats-Unis, la ville d’El Paso a inauguré en août 2007 la plus grande usine de dessalement à l’intérieur des terres qui existe au monde et plusieurs entreprises privées proposent une vingtaine d’usines de dessalement de l’eau de mer pour la seule côte californienne, selon Wenonah Hauter, présidente de l’association de consommateurs Food and Water Watch.

Cependant, c’est en Israël que ce trouve la plus grande usine de dessalement par osmose inverse du monde, à Ashkelon précisément. Cette usine construite par Veolia Water alimente environ 1,4 millions de personnes en eau douce par la production de 320 000m3 d’eau par jour. L’Algérie a quant à elle, lancé un projet d’investissement de 500 millions de dollars pour une station de dessalement qui dépassera la capacité de production de l’usine d’Ashkelon.

Ces deux derniers exemples prouvent l’engouement et le dynamisme de la région méditerranéenne pour ce procédé étant donné qu’elle souffre de plus en plus de la sécheresse. Vu le coût d’investissement élevé de ce type d’installations (il varie, pour des capacités allant de 10 000 à 100 000m3/j, d'environ 2000 à 2700 euros par m3/j.), les pays riches qui rencontrent des problèmes d’approvisionnement en eau sont de plus en plus nombreux à y avoir recours, en particuliers les pays du Golfe qui profitent de la manne financière de l’exploitation pétrolière. Il est possible de citer comme exemple le Qatar et le projet de Ras Laffan C qui sera la plus grande installation de production d'électricité et de dessalement d'eau de mer du pays, avec une production quotidienne de 2.730 MW d'électricité et de 286.000 m3/jour d'eau dessalée. Elle devrait être mise en service en avril 2011, avec une première phase de production d'électricité et d'eau dès le mois de mai 2010.

De plus, GDF Suez a récemment remporté un contrat pour la construction et l'exploitation de la centrale électrique et de dessalement d'eau de mer Shuweihat 2, un important projet indépendant d'électricité et d'eau à Abu Dhabi, aux Émirats Arabes Unis. Shuweihat 2 est une installation "greenfield" au gaz naturel qui produira 1.500 MW d'électricité et 454.610 m3 d'eau par jour d’après les autorités. La Jordanie et la Chine ont été plus loin en signant un accord de coopération nucléaire ouvrant la voie à une prochaine coopération en matière d'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire, spécialement dans les domaines de la production d'électricité et du dessalement d'eau. Il est à préciser que la Chine a récemment annoncé que ces installations de dessalement traiteraient 1 million de m3 d'eau de mer par jour d'ici 2010 et jusqu'à 3 millions de m3/jour en 2020.

En Europe, la première grande usine anglaise de dessalement sera construite dans la commune de Newham, à l’est de Londres, et pourra produire chaque jour quelque 140 millions de litres d’eau potable, vers 2010.

La multiplication des usines de dessalement par osmose inverse témoigne de sa fiabilité en tant que pilier des solutions aux difficultés d’approvisionnement en eau des pays .


Malgré le succès actuel, un mouvement de méfiance à l’égard du dessalement s’est développé ces dernières années. Dans les articles relayant cette position, les arguments avancés s’appuient régulièrement sur une étude de la WWF publié en juin 2007 et intitulée « Dessalement : option ou distraction dans un monde assoiffé ? ».

L'ONG y rappelle notamment que les 1200 usines de dessalement du monde consomment beaucoup d'énergie et par conséquent émettent des gaz à effet de serre. Elle s’alarme donc d’un développement anarchique de cette technologie. Toujours selon elle, pour chaque litre d’eau dessalé, c’est un litre de saumure qui est rejetée à la mer. Même s’il est difficile de connaître l’impact réel de ces rejets, les premières études réalisées sur le sujet semblent montrer qu’il est faible (les fleuves rejettent aussi à la mer de nombreux minéraux). Jamie Pittock, directeur du programme eau douce du WWF note que la technique de l'osmose inverse utilisée pour le dessalement pourrait être une solution intéressante pour ces populations, selon lui. Elle a notamment été employée avec succès en Inde pour enlever certains contaminants dangereux présents dans l'eau potable. De son point de vue, « les usines de dessalement doivent être construites seulement lorsqu'elles se sont avérées être la solution la plus efficace et la moins préjudiciable pour compléter l'approvisionnement en eau, à la suite d'un processus d'évaluation approfondi et transparent de toutes les solutions de rechange et leurs impacts environnementaux, économiques et sociaux. » Il semble cependant que pour une fois les industriels et les écologistes se soient compris si l’on considère les nombreux projets de recherche qui sont en court chez les industriels du secteur afin de limiter la consommation énergétique, de trouver des débouchés aux résidus salins, mais également d’augmenter la quantité d’eau potable produite.

L’autre limite au développement du dessalement à longtemps été son coût. Cependant, le coût du m3 produit à considérablement diminué. L’usine d’Ashekelon produit un m3 à 0,5 centimes d’euros notamment..Reste que le coût du dessalement est étroitement lié au coût de l’énergie et que les pics qu’a connu le prix du baril ces derniers mois pourrait remettre en cause l’abaissement des coûts de production. Pour Michel Dutang, directeur de la recherche et du développement de Veolia Environnement, leader du marché (14,5 %), à l’avenir, « l’eau va devenir un problème crucial, qui butera sur le coût de l’énergie, indispensable au dessalement de l’eau de mer ou de l’eau saumâtre. »

Malgré ces limites, la plupart des analystes promettent au secteur une belle croissance pour la décennie à venir, dans la mesure où le besoin en eau potable excèdera nécessairement le coût énergétique de son traitement et que les besoins vitaux feront sans doute taire les considérations purement économiques. « Le marché du dessalement de l’eau de mer va exploser dans les années à venir », explique Jean-Louis Chaussade, directeur général de Suez Environnement, traduisant l’optimisme des acteurs du secteur basé sur la projection qui voit la production d’eau dessalée doubler d’ici 2016 pour atteindre plus de 109 millions de mètres cubes par jour.

Selon les prévisions de Media Analytics Limited (Global Water Intelligence), l’industrie du dessalement devrait atteindre 64,3 millions de litres par jour en 2010 et 97,5 millions en 2015 cela représenterait une augmentation de capacité de 140% depuis 2005. Cette expansion nécessiterait un investissement de 25 milliards de dollars d’ici 2010 et de 56,4 milliards de dollars avant la fin 2015. Suivant la tendance actuelle, plus de la moitié de ces investissements devraient être apportés par le secteur privé ce qui fait du secteur du dessalement la partie la plus internationale de l’industrie de l’eau, en plus d’être la plus axée sur la haute technologie. A titre d'exemple, la Chine prévoit de dépenser 200 milliards de dollars » dans cette technologie.

Toujours selon Media Analytics, la technique de l’osmose inverse représenterait 65% du marché en 2015 (contre 60% aujourd’hui) alors que la technique de distillation passerait d’une part de 24% à 37% grâce à la forte demande de ce type de produit dans le Golfe Persique. Cependant, le marché du dessalement en dehors du Golfe devrait croître plus rapidement que dans la région, notamment après 2015.

Le plus grand défi de l’industrie sera d’augmenter son efficacité énergétique plus rapidement que le coût de production d’électricité à base d’énergies fossiles, tout en développant les techniques minimisant l'impact des rejets.

Pour poursuivre la recherche... :

Dessalement à Alger (février 2008)

L'eau à Chypre (août 2008)

Dessalement à Alger (août 2008)

Un bon papier des voyageurs de l'eau sur le dessalement (août 2008)

Eau : le nouveau chouhou des cleantechs (mai 2008)


18 commentaires:

Anonyme a dit…

et on fait quoi des déchets ? on rejette du sel pur à la mer ?

Paul T. a dit…

Il s'agit là d'une question importante, en effet : le papier évoque la critique formulée par WWF.

A vrai dire, la question est relativement complexe, et encore peu documentée sur internet. Quelques mots de commentaire, donc. Les chercheurs continuent leurs études, et réfléchissent à des dispositifs permettant d’éviter de rejeter le sel ou d’améliorer sa dilution.

Que peut-on dire sur le sujet pour l’instant ?

D’abord, un constat d'évidence : le dessalement est un processus naturel et massivement réalisé à chaque instant. Le plus grand système de dessalement d’eau de mer est le soleil, par le système de l’évaporation.

Ensuite, la plus grande quantité de sel délivrée dans l’océan l’est quand même de manière naturelle, par les fleuves (chaque année environ 2 milliards de tonnes de sel dans la mer, par le biais de l’érosion des roches qu’ils « usent » !).

Ces deux dispositifs auraient du faire monter la salinité des océans, avec le temps. Mais ceux-ci ont des systèmes de recyclage du sel : « Le calcium est utilisé par les organismes marins pour former ensuite des sédiments calcaires, le potassium vient se fixer dans les fonds argileux. Le sodium, notre sel, se voit, au même titre que le magnésium, emprisonné pour partie dans les montagnes sous-marines que forment les dorsales océaniques. » Du coup, le taux de salinité des océans reste stable (34 grammes de sel par litre d’eau) depuis l’ère primaire (il y a 500 millions d’années, en gros) !

Voila qui permet de donner un peu le contexte. Un chercheur, Jason Antenucci, directeur du centre de recherche sur l’eau australien, a fait des études qui montrent que le courant disperse le sel et qu’au-delà de 500 mètres autour du dispositif, les taux de salinité sont normaux. Cependant, dans certaines zones, il faut très probablement prendre des précautions spécifiques : littoraux fragiles, zones ou le courant ne permet pas la diffusion du sel, etc. C’est ce que pense la chercheur Françoise Elbaz-Poulichet, scientifique du laboratoire Hydrosciences (CNRS) à l’université de Montpellier.

Du coup, comme le note Le Monde de mai 2008, « les industriels tentent de contrecarrer ces effets en utilisant des diffuseurs qui diluent rapidement la salinité, en tenant compte des flux marins. » Pas mal de systèmes ont déjà été inventés, mais des travaux de recherche et développement semblent devoir encore être effectués.

Paul T.

Anonyme a dit…

Ce serait pas plutôt 64,3 MILLIARDS de litres par jour?

Yemna Chraiti a dit…



مصدر سوري مسؤول: سنستهدف أي آلية إسرائيلية تعبر الجولان لنقل جرحى الإرهابيين


https://www.facebook.com/photo.php?fbid=381057188680917&set=a.247248318728472.54586.247192838734020&type=1&theater

Fatma Ammar Laabidi a dit…



الانقلاب على الحكومة ..لعبة الفاشلين


https://www.facebook.com/photo.php?fbid=562857770426257&set=a.201601493218555.55122.201599266552111&type=1&theater

Amina Bada a dit…



تركيا تدين العدوان الإسرائيلي على سوريا


https://www.facebook.com/photo.php?v=10200229362151863

Anonyme a dit…



La liberté pour un Syrien ou un Egyptien est la même que pour un Français ou un Américain, même si le contrat social choisi pour garantir celle-ci diffère selon les uns et les autres. Certains pencheront plutôt pour la laïcité, d’autres pour la religion. Mais si le contrat social choisi finit par miner la liberté, alors tôt ou tard, cela aboutira inévitablement à de nouvelles révoltes.


Raouf Khemiri a dit…



النظام السوري يهدد السنة بالشيعة ويهدد تركيا بحزب العمال الكردستاني ويهدد العلوية بانتقام السنة ويهدد الدروز بالعشائر ويهدد العراق بتهريب المسلحين ويهدد حركة فتح بحماس ويهدد المسيحية بالإخوان ويهدد الحريري بحزب الله ويهدد المتظاهرين بالشبيحة... ويهدد الأميركان باأستقرار إسرائيل ويهدد بيت مخلوف بأولاد رفعت ويهدد لبنان بإغلاق الحدود ويهدد المغتربيين بأهلهم ويهدد الأباء بأولادهم و يهدد عناصر الجيش بالأمن ويهدد شعبه بالحصار والقصف ويهدد ويهدد ويهدد...ويتحدث عن مؤامرة


https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10152937248030727&set=a.10150397575815727.619133.420796315726&type=1&theater

Hammadi Azouagh a dit…





Nulle ne peut mesurer à quel point les américains et/ou les anglo-saxons occupent l'intégralité du globe- physique et spirituel.

D'abord par son systeme économique néo-liberal( ou tous les pauvres sont considérés comme "de trop")Ensuite, par sa politique culturelle hégémonique qui fait que nous ne connaissons pratiquement que des produits culturels américains( dont nous somme tous plus ou moins accro,tout continents confondu). Les films US ont irrémédiablement façonnés et uniformisés nos immaginaires, pourtant distincts et millénaires: Chili,Zimbawe, Belgique, Russie, Chine, Autralie, Japon se sont identifiés au gentil Héliotte accueillant l'Autre- E.T- sur le sol élu des USA. Aussi, tous ont communiés dans une atmosphère palpable de catastrophe tragique quand ils ont appris la mort du King of Pop: Michael Jakson!

De quel choc de civilisations parle-t-on? Il n'y a plus qu'UNE CIVILISATION,celle du Marché où les produits des USA ont tout occupés, jusqu'aux fibres des consciences.


Lilia Labidi a dit…



la décision d'un état palestinien libre n'appartient aux Etats-Unis, ce qui en soi est un instrument de declaration de guerre dans la sélection du diable, et il y a pas de justice internationale indépendante Jihad publié à la Palestine occupée par les juifs.

Mohamed Achour a dit…



إفتحو روابط الفيديو والبيانات في الأسفل
أنصار الشريعة مخترقون للعنكوش من المتنطعين والمندسين فالرجاء الحذر ونحن ننزه الكثير منهم ممن نعرف صلاحه وتقواه وحبه للإسلام الرجاء من الأتقياء منهم التبرؤ من التكفيريين ٱلذين يكفرون الناس صباحا مساء ولم يتركوا أحدا في راحة إليكم بعض ضلالات ومهازل بعض أشباه الشيوخ والمندسين في تنظيم أنصار الشريعة في تونس إليكم روابط فيديوات وبيانات التكفيريين ومن ضمنهم



https://www.facebook.com/photo.php?fbid=645118578835261&set=a.297468176933638.91729.295518190461970&type=1&theater

Mohamed Salah Farhati a dit…

بمناسبة حفل تنظيم القاعدة بتونس نقدم لكم هذا التقرير الهام عسى تحرك نفوسا ميتة عن خطورة الأمور بتونس
تقرير من أعداد الصفحة طويل صحيح لكن طولو بالكم 18 دق تنجم تكون فاصلة في مستقبلكم و مستقبل بلادكم


http://www.youtube.com/watch?v=2MzuyLt9ClE

بشير كورية a dit…


Mohamed Achour



ايقاف مراهق تونسي من ولاية بنزرت لانه قام باختراق مواقع صهيونية وامريكية
بدل تكريمه قاموا بايقافه


https://www.facebook.com/photo.php?fbid=365860653521783&set=a.313877222053460.72371.306036679504181&type=1&theater

Kedwte Bn Al Waled a dit…




رحمه الله وتقبله في الشهداء



https://www.facebook.com/photo.php?fbid=342705639191690&set=a.172373649558224.35483.172364466225809&type=1&theater

Brahim Saidane a dit…





كلام جميل جدا بارك الله فيك وفي جميع إخواني بتونس


Mohamed Thabti a dit…




ديننا فيه حلول لمشاكلنا
فمن خلق الداء خلق الدواء ومن خلق الإنسان يعلم ما يصلح به وما لا يصلح
وقد حدد له أوامر ونواهي إن التزم بها فاز في الدنيا والآخرة وإن خالفها لقي خلاف ذلك
الإسلام تعامل مع الاقتصاد على أساس احترام الملكية الخاصة وتشجيع المبادرة وتحريم كنز الأموال وتعطيلها من أجل أن تقوم بدورتها في تحريك الاقتصاد وإيجاد مواطن الشغل ومقاومة الفقر وتشغيل العاطلين
وحرم الربا حتى لا يكنزه الأغنياء ويفقّروا به الضعفاء
كما سعى الإسلام إلى مراقبة البيوع والعقود وحرم الغبن والغرر والغش والتلاعب حفاظا على المجتمع
الخ....

Nasr Hamdi a dit…




استرجاع يخت كان على ملك بلحسن الطرابلسي بقيمة 5 مليون دينار


https://www.facebook.com/photo.php?fbid=549261528453559&set=a.313795292000185.74097.158118224234560&type=1&theater

Eman Mohammed a dit…



91 قتيلا على الأقل في إعصار يضرب مدينة أوكلاهوما سيتي الأمريكية



https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10151568616995139&set=a.10150476617805139.388454.9432520138&type=1&theater

Annuaire RSS Fluxenet