lundi 7 décembre 2009

Congo : un manque d'investissement dramatique



Alors qu'en Afrique sub-saharienne, 60% des gens en moyenne ont accès à l'eau potable, seuls 22% des congolais en bénéficient. Bien sûr, les conséquences sanitaires sont effroyables, et les plus pauvres en paient le plus lourd tribut. Cela va des diarrhées chroniques qui emportent les nourrissons par milliers, jusqu'aux problèmes de déformations lombaires générées par les corvées d'eau, le plus souvent assumées par les femmes et les enfants.

Une grande partie du réseau date de la période coloniale, et n'a pas été rénovée depuis plus de 60 ans. En cause : le manque d'argent à investir, puisqu'au Congo, même les services gouvernementaux ne paient pas leurs factures d'eau. L'amélioration passe donc nécessairement par la restauration d'un modèle économique équilibré : la Banque Mondiale vient de lancer en ce sens un enième projet de viabilisation financière du circuit de l'eau... mais risque une fois de plus de se heurter au tonneau des Danaïdes du manque de volonté politique et de la corruption.

2 commentaires:

Marceluce a dit…

Chers amies,

En ma qualité de dirigeant de la structure DMLUXSTREET, structure spécialisée dans la promotion des innovations en développement durable a décidé de valoriser, en France, et notamment en Ile-de-France, un générateur atmosphérique d'eau.
Ce procédé va vous permettre de faire des économies substantielles d'énergie et de fournir de l'eau, dans tous les communes où celle-ci est, soit rare, soit atteintes par la sécheresse.Vous souhaitant bonne réception de notre présentation et dans l'attente de vous rencontrer, prochainement.
Nous vous prions de croire, mes Dames et Monsieurs, à l'expression de notre profonde considération.

High Stakes Online Poker a dit…

Certainly.

Annuaire RSS Fluxenet