vendredi 31 juillet 2009

Grenelle de la mer : un plan pour l'énergie « bleue »

Le Grenelle de la mer est entré en juillet dans sa phase finale avec la réunion des tables rondes associant les représentants de toutes les parties prenantes - Etat, patronat, syndicats, collectivités locales et associations écologistes - en présence de Jean-Louis Borloo, ministre de l'Ecologie, et de Chantal Jouanno, secrétaire d'Etat chargée de l'Ecologie. A partir de la synthèse de la consultation du public, qui vient de s'achever, l'objectif est de procéder aux arbitrages définitifs devant déboucher sur une série d'engagements permettant d'élaborer une stratégie nationale de la mer et du littoral qui s'inscrive clairement dans une perspective de développement durable.
Parmi les mesures intéressant les collectivités, relevons qu'un "plan énergies bleues" a été acté. Objectif : un développement des énergies marines à hauteur de 6.000 mégawatts d'ici 2020. Le caractère "urgent" de ce plan a été mis en avant. Dès lors, des premières actions concrètes débuteront dès 2012. Un site pilote de développement sera créé dans chaque collectivité de littoral concernée par ce potentiel énergétique. Une enveloppe de 50 millions d'euros mobilisée sur le fonds démonstrateur de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) sera affectée en vue de financer ces actions. Et un centre de compétences sera créé, "un peu sur le modèle écossais", a précisé Jean-Louis Borloo. "Ces projets concernent tout particulièrement l'Outre-mer, où un accord a été trouvé pour viser 50% d'autonomie énergétique dans chaque Dom, la Réunion étant d'ores et déjà en bonne voie pour y parvenir, a ajouté le ministre. Ils vont aussi permettre de créer au plus vite trois sites d'hydroliennes, avec un appel à projets lancé dès 2010, mais aussi de développer des éoliennes flottantes et des installations produisant de l'énergie à partir de la houle". Denez Lhostis, représentant de la fédération France nature environnement (FNE), a salué ce consensus trouvé sur les énergies marines.
Sur un autre enjeu auquel les territoires et acteurs locaux seront associés, aux côtés des pouvoirs publics, entreprises, organisations syndicales et ONG ayant fait pression sur le sujet, il a été décidé de mettre en place une véritable filière française de démantèlement des navires en fin de vie, tant pour les flottes civiles que militaires. Quant aux "ports du futur", ils seront écocertifiés et éventuellement développés en off-shore, une solution qui reste à étudier.
Par ailleurs, un consensus a émergé sur les aires marines protégées. Il s'agit de faire à terme de la moitié de ces aires des réserves de pêche et des zones de préservation des ressources halieutiques, avec un passage progressif à 10% d'entre elles d'ici 2012, puis 20% en 2020. "Une dizaine d'aires seront donc classées très vite zones sensibles", a précisé le ministre de l'Ecologie. "C'est une bonne nouvelle à condition de ne pas atteindre ces quotas dans le seul but de les remplir, mais bien de le faire en se souciant de la cohérence territoriale et biogéographique", a ajouté Sébastien Genest, président de FNE. Selon des représentants de Greenpeace, ces outils de gestion que sont les aires marines fonctionnent déjà bien dans certaines régions comme la Corse et la Bretagne. Il s'agirait donc de s'en inspirer tout en prolongeant plus pleinement cette démarche.
Autre nouveauté : la création d'une agence nationale de l'archipel de France a été actée. Selon David Guyomard, chargé de mission au Comité national des pêches maritimes et des élevages marins de la Réunion, la création de cette structure dont il reste à préciser les contours et missions serait "une chance pour le développement des capacités et de l'innovation en Outre-mer". Cette agence permettrait en effet de mieux "fédérer, mutualiser et optimiser les initiatives prises dans nos territoires vis-à-vis de leurs bassins océaniques et maritimes".
Enfin, au sujet de la pollution de la mer par des macrodéchets, dont le statut légal reste à ce jour flou, un certain consensus a également pointé, sans que des engagements clairs ne soient néanmoins pris. "Il le faudrait afin que le traitement de ces déchets ne soit plus supporté par les seules communes du littoral, alors même que ces déchets peuvent venir des terres, a précisé Cendrine Templier, directrice adjointe de la Surfrider Foundation. D'autant qu'une directive européenne est en cours visant à faire reconnaître que ces macrodéchets sont une pollution et donc deviennent, à ce titre, un critère de bon ou mauvais état écologique des eaux."
Faisant écho à ce Grenelle de la Mer, le président, dans son discours du 16 juillet dernier au Havre sur les ambitions maritimes françaises, s'est engagé dans la voie du développement durable en définissant un nouveau principe "protéger les ressources naturelles de la mer pour mieux les exploiter de manière durable." À cette fin, il s'est engagé à " renforcer puissamment notre expertise scientifique sur l’état des ressources naturelles marines, à fonder la totalité de nos décisions publiques de gestion de ces ressources sur la base d’avis scientifiques fiables, indépendants et partagés." Deux des mesures principales issues du Grenelle de la Mer ont été annoncées par le président :
- Soutenir la mise en place de moratoire sur les espèces pêchées les plus en danger, comme le thon rouge pour lequel le Grenelle de la Mer demande son inscription à l'annexe 1 de la CITES afin d'en interdire le commerce international.
- Instaurer, d'ici à 2020, 20% d’aires marines protégées sur les eaux de l'espace maritime français qui est le deuxième territoire maritime mondial derrière les Etats-Unis (11millions de km2) et dont seul 0,6% est protégé actuellement.
De plus, afin d'accroître l'action de l'Etat en Mer, le président souhaite la création d'une fonction spécifique de "garde-côte", dédié notamment à la lutte contre les pollutions en mer et la pêche illégale.
Enfin, le président a, dans la ligne du Grenelle, souligné le "potentiel prodigieux des énergies marines" comme " source d’énergies nouvelles entièrement renouvelables", citant des exemples comme les éoliennes offshore ou l'utilisation de l'énergie de la houle et des courants. Pour faciliter la Recherche et développement sur ces énergies renouvelables, il souhaite la mise en place d'une "plate-forme technologique" menée par l'IFREMER.

jeudi 30 juillet 2009

Matt Damon s'engage pour l'accès à l'eau


Matt Damon a créé une association à but non-lucratif afin de venir en aide aux populations qui n'ont pas accès à l'eau potable. Le programme "Water.org" servira à distribuer de l'eau à près de 890 millions de personnes dans le monde et aider l'Afrique et l'Asie à s'équiper en matériel d'épuration d'eau. L'acteur, très impliqué sur le plan humanitaire, a expliqué à la presse américaine à quel point son programme est important et peut sauver de nombreuses vies. "Toutes les quinze secondes, un enfant qui vit dans un pays en voie de développement meurt à cause d'une bactérie qui se trouvait dans l'eau qu'il a bue. Maintenant que j'ai visité quelques sites en Afrique où le projet a déjà été mis en place, j'ai remarqué l'impact positif d'une eau potable sur la population" a récemment déclaré l'acteur américain. Son très beau site, www.water.org, qui affiche d'emblée le scandale que « 3 500 000 personnes meurent chaque année de maladies liées à l'eau », mérite une visite.

mardi 28 juillet 2009

Les guerres pour l'eau, un mythe ?

Selon Wendy Barnaby - présidente de l’Association des écrivains scientifiques britanniques et auteur du livre « Do nations go to war over water? », l’idée de futurs conflits concernant les ressources d’eau serait un « mythe. »

Elle rapporte la thèse de Tony Allan, professeur à l’Université Kings College London, selon lequel il s’agit plutôt d’un conflit sur « l’eau virtuelle. » Selon lui, « l'eau virtuelle coule plus dans le Moyen-Orient que le fleuve du Nil en Egypte. » Les conflits qui opposeraient l'Egypte, l’Israël et la Jordanie ne seraient pas en rapport avec l’eau. Wendy Barnaby estime que « bien que la gestion de l'eau doive s'adapter au changement climatique, les mécanismes de base d'accords commerciaux, internationaux et le développement économique, qui font diminuer les pénuries d’eau, persisteront. »

dimanche 26 juillet 2009

Enquête sur la gestion de l’eau et l’assainissement

Les services statistiques du ministère de l’Écologie et du ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche rééditent pour la quatrième fois, l’enquête sur la gestion de l’eau et l’assainissement par les collectivités locales.
Cette nouvelle enquête, portant sur l’exercice 2008, va être réalisée sur un échantillon de 5 200 communes, représentatif tant au niveau national que départemental. Toutes les communes de plus de 10 000 habitants font partie de l’échantillon.
Cette enquête se déroulera de septembre à décembre 2009 et se fera, comme par le passé, par enquêteurs spécialisés du ministère de l’agriculture (DRAAF) auprès des autorités organisatrices des services d’eau et d’assainissement (communes et groupements).
L’information collectée à l’aide des questionnaires porte, pour l’essentiel, sur l’organisation et la gestion du service de l’eau, le prix de l’eau, la production et distribution d’eau potable, la collecte et traitement des eaux usées, la gestion des eaux pluviales ainsi que l’assainissement non collectif.
Cette enquête est la seule à fournir au niveau national une information sur la façon dont sont gérés l’eau et l’assainissement, domaines de compétence communale. Elle apporte aussi aux décideurs et aux usagers locaux d’intéressants éléments de comparaison ; espérons qu'elle permettra également de sortir des clichés idéologiques ancrés dans les esprits !

samedi 25 juillet 2009

Le combat de Ma Jun contre la pollution de l'eau en Chine

Quand il a lancé en 2006 à Pékin l'Institute for Public & Environmental Affairs (Institut pour les affaires publiques et environnementales ou IPE), Ma Jun s'attelait à une entreprise titanesque : dresser une carte de la pollution de l'eau en Chine et identifier les entreprises fautives.

Ancien assistant à Pékin du journal hongkongais South Post, Ma Jun s'est fait connaître en 1999, avec son ouvrage La Crise de l'eau en Chine. Aujourd'hui, trois ans après son lancement, le site de l'IPE répertorie près de 32 000 contrevenants à la législation sur la pollution de l'eau, et plus de 13 000 dans le domaine de la pollution atmosphérique. 1,7 million de visiteurs ont été comptabilisés depuis juin 2008. Le moteur de recherche de l'IPE, qui permet, en indiquant le nom d'une usine, d'avoir accès à son "casier judiciaire" écologique, est en train de devenir une référence : "Nos informations sont de source publique. Elles viennent soit des bureaux locaux de protection de l'environnement, soit des médias. Le renforcement en Chine, l'année dernière, des mesures sur la transparence des informations relatives à l'environnement a eu un effet de catalyseur, la quantité d'information disponible sur la pollution s'est accrue de manière exponentielle", explique Ma Jun.

Certains des contrevenants épinglés par l'IPE se décident à contacter l'ONG, qui leur suggère la réalisation d'un audit par un cabinet spécialisé dans l'environnement. Si l'entreprise s'amende et met en oeuvre des mesures antipollution, elle peut être rayée de la liste noire. "Les pollueurs ne se sentent pas menacés par les amendes, souvent trop faibles, mais ils craignent de plus en plus la mauvaise publicité", estime Ma Jun. La trentaine de sociétés, qui ont entrepris de corriger leurs pratiques, y ont été poussées par les multinationales dont elles sont les fournisseurs ou les partenaires. Ce qui a conduit l'IPE à lancer un "pacte pour une chaîne d'approvisionnement verte ", selon lequel une multinationale s'engage à s'assurer que ses partenaires chinois sont "propres" : Wal-Mart ou Nike, s'y sont engagés, mais aucun de leurs concurrents français.

Pour agir simultanément auprès des gouvernements locaux, l'IPE a lancé en juin un classement des villes chinoises, selon une batterie de critères environnementaux, comme la transparence des données. "On demande les informations que la loi désigne comme ouvertes au public. Certaines municipalités répondent qu'elles ne sont pas prêtes, d'autres que leur chef n'est pas d'accord. C'est un premier test", dit-il. "Le travail de Ma Jun est très important, estime Alex Wang, l'un des juristes travaillant à Pékin pour l'ONG américaine NRDC (Natural Resource Defense Council), car depuis le temps que la Chine est l'usine du monde, il permet enfin de faire comprendre aux sociétés chinoises et étrangères que violer les lois de protection de l'environnement n'est plus acceptable."

Ma Jun et ses équipes font face à des résistances : les gouvernements locaux soucieux d'attirer les investisseurs mettent régulièrement au pas les bureaux locaux du ministère de l'environnement et la presse. Collusion et corruption - notamment quand il s'agit de groupes publics - protègent les pollueurs qui se passent donc de lobbyistes.

Les barrages géants prévus sur le cours supérieur du Yangzi, en amont du barrage des Trois-Gorges, construits par des consortiums de sociétés d'électricité et de géants du BTP et financés par les grandes banques et les gouvernements provinciaux, reflètent ces difficultés. Dans plusieurs cas, les travaux ont avancé sans que les maîtres d'oeuvre n'aient procédé à la moindre étude d'impact sur l'environnement, pourtant obligatoire. Mis devant le fait accompli, le ministère de l'environnement vient d'ordonner la suspension des travaux de deux des barrages. Mais les écologistes n'ont pas eu voix au chapitre.

Les promoteurs d'un barrage, celui d'Ahai dans le Yunnan, ont publié en 2007 une étude succincte d'impact sur l'environnement. Fin 2008, l'IPE et d'autres ONG ont donc été invités - pour la première fois dans le cas d'un projet hydroélectrique en Chine - à participer à une consultation organisée par le ministère avec les constructeurs du barrage dont l'édification est déjà bien avancée : "On a dit qu'on ne viendrait que si nous obtenions auparavant les réponses aux questions que nous avions posées en 2007, lors de la publication de l'étude. Cela a été le cas, ce qui nous a permis de consulter des experts et pointer du doigt toutes sortes de risques sur l'écosystème. C'est très positif, mais il y a encore beaucoup de travail à faire !".

jeudi 23 juillet 2009

Les nouveaux défis de l'eau, « Pour une culture de la responsabilité », Antoine Frérot


La publication d’ouvrages sur l’eau et ses problématiques a été particulièrement importante cette année. Ainsi je ne suis arrivée à la lecture du livre intitulé « Pour une culture de la responsabilité » que cet été. Son auteur, Antoine Frérot, ancien élève de l'École Polytechnique et Docteur de l'École Nationale des Ponts et Chaussées, est actuellement directeur général de Veolia Eau. Ma tentative d’avoir une connaissance exhaustive de tous les ouvrages qui paraissent sur le sujet me permet de souligner que ce livre s’illustre par son approche concrète et réaliste, me semble t-il des grands enjeux liés à l’eau.

En effet, cet ouvrage fait le point sur les grands enjeux actuels de l’eau dans le monde dans l’objectif « de démontrer qu’il est possible d’avoir, face à la question de l‘eau, une réflexion qui privilégie l’action tout en allant dans le sens de l’intérêt général ». De plus, ’auteur partage l’opinion de son préfacier, Ángel Gurría, secrétaire général de l’OCDE et membre du conseil consultatif pour l’eau et l’assainissement auprès du secrétariat de l’ONU, selon lequel « l’irresponsabilité des hommes a fait de l’eau un des principaux problèmes pour les hommes de ce siècle ».

En visant à « dépassionner » les débats et les amener sur le terrain de l’objectivité, il trace de nouvelles perspectives sur les questions de ressources, de modèles financiers, de solidarité et de gouvernance. Les propositions, enrichies d’exemples concrets, s’appuient sur une double conviction : les réponses ne peuvent pas être globaalisantes ni idéologiques, et les progrès ne verront pas le jour sans logique de coopération et de dialogue entre les acteurs.


La
première partie détaille le problème de l’eau dans le monde contemporain. Selon l’auteur, afin de ne pas « polluer » le débat autour des solutions, ce problème doit être pris de façon à la fois sérieuse et calme, c’est-à-dire en évitant à la fois l’indifférence et le catastrophisme.

Quelques idées fortes de cette partie, essentiellement pédagogique :

  • Il ne faut pas se tromper de responsable. C’est bien la croissance démographique qui génère le problème de l’eau et non pas une évolution naturelle, car la quantité d’eau sur notre planète, comme on le sait bien, reste stable. Nous sommes responsables du problème de l’eau. « A Jakarta, les systèmes d’approvisionnement en eau et d’évacuation des eaux usées ont été conçus à l’origine pour une population de 500 000 personnes. Aujourd’hui, la capitale indonésienne dépasse les 15 millions d’habitants et subit une pénurie d’eau permanente »
  • La demande a augmenté avec la démographie, mais elle a augmenté d’une façon irraisonnée : surexploitation agricole, réseaux d’adduction et d’assainissement inadaptés et insuffisamment entretenus, pompage excessif de nappes phréatiques…
  • La conséquence est une diminution de la qualité de l’eau, qui entraîne notamment la pollution durable des nappes phréatiques et des crises sanitaires (notamment les épidémies de choléra). « Dans les pays en développement, 90 % des eaux usées sont rejetées sans traitement. Le potentiel destructeur des eaux usées ni collectées ni traitées est explosif. Les bombes sanitaires sont amorcées, prêtes à exploser en série »
  • Or, le problème de l’eau est central pour le développement des pays : l’eau détermine en grande partie la santé des individus, mais aussi le développement économique ou scolaire. La question est au cœur des objectifs du millénaire. Selon l’auteur, si l’on veut les respecter, il faudra apporter « l’eau potable à 900 millions d’individus et l’assainissement à 1,3 milliards d’ici 2015 » (soit dans sept ans).

Dans un deuxième chapitre, qu’il nomme « les faux amis de l’eau », l’auteur s’attache à dénoncer de fausses vérités ou lieux communs, qui à force de focaliser les attentions détournent des vrais problèmes :

  • Même si le réchauffement climatique aura des conséquences sur la ressource en eau, il ne faut pas surestimer son impact, car on risque d’oublier que la cause principale est essentiellement un manque d’engagement et d’organisation collectif. « Avec le martèlement médiatique généralisé sur le réchauffement climatique, on tend à oublier que les problèmes actuels d’eau dans le monde proviennent de l’homme, et non de la nature. Leur origine se trouve bien plus dans l’augmentation de la population et de la demande en eau par habitant que dans les évolutions climatiques en cours » Il ne faut pas surestimer le risque de « guerres de l’eau ». Au contraire, on voit se développer une « hydrosolidarité » à l’échelle mondiale ainsi que de nouvelles attitudes. Les pays développés prennent en compte la question climatique dans leur gestion de l’eau à long terme.
  • En ce qui concerne le financement du service d’eau, deux solutions mises en avant sont, selon l’auteur, impraticables : la gratuité totale et le recouvrement total par l’usager. Elles ne sont pas praticables dans les pays en développement : la gratuité ne permet pas d’entretenir les réseaux d’eau et le recouvrement par l’usager empêche l’accès des plus pauvres. Elles ne prennent pas en compte toutes les dimensions du service dans les pays développés : le consommateur paye certains services qui profitent à la collectivité, et qui devraient donc être plutôt financés par l’impôt. Il propose une solution mixte, qu’il nomme « recouvrement socialement acceptable ». « L’application du principe « l’eau paie l’eau », en vigueur dans les pays développés est irréaliste dans les pays en développement. Les investissements à réaliser y sont beaucoup trop lourds pour être supportés uniquement par les abonnés du service. Dans les pays en développement, la notion de ‘recouvrement acceptable des coûts’ doit se substituer au principe de ‘recouvrement intégral des coûts’ »

  • Selon l’auteur, le secteur privé, souvent dénoncé comme hégémonique ou responsable de tous les maux, serait insuffisamment représenté dans le secteur de l’eau (moins de 10 % à l’échelle mondiale). Cela serait essentiellement dû à des contrats mal conçus dans le passé et à un manque d’expérience. L’auteur cite la dernière étude de la Banque mondiale selon laquelle « seuls 8% des partenariats public-privé mis en œuvre depuis 1990 ont été annulés avant la fin des contrats ».

  • Antoine Frérot refuse la critique selon laquelle l’eau serait chère. « Dressant un parallèle hâtif avec l’or noir, on assimile parfois l’eau à l’or bleu. Il n’en est rien : l’eau n’est pas le pétrole. Le pétrole est une ressource fossile, exploitée de façon minière ; l’eau, une ressource renouvelable ». De la même façon, il dénonce un autre amalgame « l’eau n’est pas non plus l’électricité. C’est un produit facile à stocker, mais cher à transporter sur de longues distances. En somme, elle est l’inverse exact de l’électricité dont le transport est simple et peu couteux, mais dont le stockage est très difficile ». Pour pousser la comparaison il nous confronte à la réalité des couts de l’eau dans nos pays développés. Ainsi , « L’eau n’est pas un poste de dépense important dans les pays développés : En 2006, « en France, la facture d’eau représente en moyenne 1 euro par jour et par famille, pour 330 litres délivrés puis épurés quotidiennement. Les ménages consacrent à l’eau et l’assainissement 0,8 % de leur budget moyen, c’est à dire trois fois moins que pour les télécommunications (2,4 %) et quatre fois moins que pour l’électricité (3,8 %). En d’autres termes, l’eau est un des services publics les moins chers ». Dans les pays en développement, le prix serait trop faible, ce qui revient finalement à un entretien et à un raccordement insuffisants des réseaux, d’où une exclusion des populations les plus pauvres.

  • Enfin, il constate que le financement des Objectifs du Millénaire est insuffisant. « L’eau et l’assainissement bénéficient chaque année d’environ 3 milliards de dollars d’aide publique au développement. Or les investissements supplémentaires pour atteindre les Objectifs du millénaire dans l’eau et l’assainissement ont été chiffrés de 10 à 30 milliards de dollars par an. Le seuil minimum de 10 milliards correspond à l’emploi de techniques « durables et bon marché ». Même si la totalité de cette somme ne saurait provenir de l’aide publique au développement, on reste loin du compte » L’aide publique est indispensable et trop faible. Les nouvelles formes d’aide au développement (aides conditionnées aux résultats, associations bailleurs de fonds internationaux - opérateurs privés) permettent de débloquer des fonds.

Dans une troisième partie, l’auteur cherche à présenter des solutions et de nouveaux modèles de gestion de la ressource.

  • Antoine Frérot, considère que le droit à l’eau doit être inscrit dans les faits.

  • Il faut accroître la ressource en réduisant le gaspillage, en utilisant davantage le recyclage de l’eau et le dessalement de l’eau de mer (par exemple l’usine d’Ashkelon en Israël fournit 15% de l’eau potable du pays, dans une zone qui souffre de grave pénurie d’eau). De même, l’utilisation plus importante des eaux de pluie à des fins industrielles serait utile.

  • Dans les pays développés, les modèles de financement devraient évoluer. Deux pistes sont évoquées : le recours à l’impôt et la rémunération aux performances des opérateurs, comme cela est réalisé à Indianapolis. « A Indianapolis, ville de 1,1 millions d’habitants, dont Veolia Eau gère le service d’eau et d’assainissement, notre rémunération comprend une partie fixe et une partie variable. Le montant de cette dernière dépend du respect des performances exigées. Par exemple : respecter à 99,9% les standards de qualité d’eau établis par l’Environmental Protection Agency, ou encore, obtenir un taux de satisfaction des clients de 90%. Ce système d’indicateurs et de rémunération variable incite l’opérateur à améliorer ses performances »

  • Dans les pays en développement, l’enjeu est d’accroître la solidarité et de développer des formes innovantes de « social business ». L’auteur cite une joint-venture créée avec Muhamad Yunus (inventeur du microcrédit et prix Nobel de la Paix 2006). Une unité de production a été installée pour alimenter en eau potable une ville de 25 000 habitants. L’investissement est remboursé par les ventes d’eau, de façon progressive . La Grameen Bank a calculé un prix de vente de l’eau en fonction des capacités financières des habitants, soit 1.5 centimes les 10 litres. « Social business », car la joint venture fonctionne sur la règle : « pas de perte, pas de dividendes ».

  • Pour finir, le problème de l’eau ne peut être résolu qu’avec une amélioration de la gouvernance mondiale, qui implique une bonne volonté de chacun.

L’intérêt du livre est de dresser un tableau assez complet des problématiques de l’eau, mais de proposer aussi des idées nouvelles. L’auteur a cherché à sortir des débats classiques public/privé, prix/gratuité, etc.

On ne peut que partager le constat de l’importance du problème de l’eau, et sa volonté de renoncer au catastrophisme et à l’idéologie pour chercher (et trouver) collectivement des solutions concrètes.

Cameroun : nouveau prêt de l'AFD pour financer des infrastructures


Nous vous parlons régulièrement des efforts en faveur de la Camwater, compagnie des eaux du Cameroun : dernier en date, l'Agence française de développement (AFD) a accordé 40 milliards FCFA au Cameroun pour la réhabilitation des stations de traitement et la réalisation des travaux d'adduction d'eau potable dans plusieurs localités du pays (ci-dessus un projet de nouvelle station). Le montant devrait permettre à la compagnie nationale, Cameroon Water Utilities Corporation (CAMWATER), d'accroître la production d'eau potable de plus de 50 000 m3 par jour. Il s'agit du deuxième prêt accordé pour ce secteur en moins de 2 mois, après les 22 milliards FCFA de la Banque africaine de développement (BAD).

mercredi 22 juillet 2009

Pierre Roussel : Un Français porté à la tête de l’Office international de l’eau

Le Français Pierre Roussel a été récemment élu président de l’Office international de l’eau (OIEAU), à l’issue de la dernière assemblée générale de cette structure, rapporte un communiqué transmis vendredi à l’APS.
Polytechnicien et ingénieur général du Génie rural, des eaux et des forêts, Pierre Roussel succède ainsi à Jean Renard, ancien vice-président du conseil général du Génie rural, des eaux et des forêts.
M. Renard n’avait pas sollicité le renouvellement de son mandat, à l’occasion de l’assemblée générale de l’Office international de l’eau (OIEAU) qui s’est tenue le 1er juillet dernier. Il avait passé 10 ans à ce poste.
Le nouveau président de l’Office international de l’eau est par ailleurs, président de la commission permanente des ressources naturelles au Conseil général de l’environnement et du développement durable, note la source.
Pierre Roussel a exercé plusieurs responsabilités au ministère français de l’Agriculture, notamment au sein des directions départementales de l’agriculture et de la forêt du Finistère (1972-1976) et du Haut-Rhin (1987-1986).
Il a aussi été chef du Centre national informatique de Toulouse (1976-1986) et président de l’Association scientifique et technique pour l’eau et l’environnement (ASTEE) de 2004 à 2008.
Selon le communiqué, l’OIEAU développe, avec les pays qui le souhaitent, des programmes de coopération dans le domaine de l’eau, en les aidant à organiser leur formation professionnelle, leur documentation, leur système d’information et la gestion de leurs bases de données. Ces programmes visent aussi à engager les réformes utiles de leurs institutions, a-t-on indiqué de même source.
Les réformes en question permettent de ‘’mieux gérer’’ les ressources en eau, les bassins versants, nationaux ou transfrontaliers, les services collectifs d’eau potable et d’assainissement ou d’irrigation, les eaux industrielles et les eaux industrielles afin de tendre vers les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD).
L’OIEAU est une association sans but lucratif déclarée d’utilité publique, qui gère, en France, le Centre national de formation aux métiers de l’eau (CNFME) et ses deux établissements de Limoges et La Souterraine ainsi que le Centre national d’information et de documentation sur l’eau (CNIDE).

lundi 20 juillet 2009

Le secrétariat du Conseil des ministres africains sur l'eau sera inauguré fin juillet à Abuja

Des ministres africains des Ressources en eau assisteront le 27 juillet à Abuja à l'inauguration du secrétariat du Conseil des ministres africains sur l'eau (AMOCOW), a annoncé lundi 20 juillet à Abuja le secrétaire général de l'AMOCOW, Bai-Mass Taal. M. Taal a indiqué que cet événement sera précédé par une réunion du Conseil des ministres africains sur l'eau qui devrait approuver certaines importantes politiques sur l'eau. Le Conseil des ministres africains sur l'eau a été mis en place pour fournir une leadership politique, définir l'orientation politique et donner des conseils pour la fourniture, l'utilisation et la gestion des ressources en eau, en vue d'un développement économique et social durable en Afrique. Le conseil avait été lancé par l'ancien président nigérian Olusegun Obasanjo à Abuja en avril 2002.

Source : Xinhua

vendredi 17 juillet 2009

L'approvisionnement en eau douce des Etats-Unis par le Canada de nouveau en réflexion

François-Pierre Gingras, chercheur à l’Institut économique de Montréal (IEDM), proposent d'exporter en vrac de l'eau québécoise sur une base commerciale (Le Devoir, 16 juillet 2009). L'idée n'est pas nouvelle, mais M. Gingras insiste pour que l'on considère l'option qu'il propose «avec objectivité et ouverture d'esprit», allusion aux réactions très idéologiques que cette question suscite au Québec. Le projet complexe Eau du Nord consisterait à proposer aux États-Unis d'augmenter leurs ponctions dans les Grands Lacs, moyennant rétribution, et à compenser la baisse de débit que subirait alors le Saint-Laurent par la dérivation partielle de cours d'eau nordiques via la rivière des Outaouais.
Selon M. Gingras, avant même d'engranger les profits de la vente de leur «part» de l'eau des Grands Lacs, les Québécois pourraient rentabiliser le projet par la hausse de la production hydroélectrique sur la rivière des Outaouais et éviter tout gâchis écologique en limitant les dérivations aux «surplus d'eau» du Nord. A priori plus modeste et réaliste que ses pharaoniques prédécesseurs, ce nouveau projet d'exportation d'eau vers les États-Unis n'en repose pas moins sur une logique économique et écologique vis-à-vis de laquelle l'opinion canadienne se montre réticente. Ainsi, un récent sondage révélait que la majorité des Québécois et des Canadiens considèrent l'eau comme la ressource naturelle la plus importante du pays, loin devant le pétrole et le gaz naturel, et qu'ils classent l'interdiction de l'exportation d'eau en vrac comme la deuxième priorité gouvernementale à privilégier en matière de gestion de l'eau. Si l'on peut légitimement s'interroger sur la pertinence de cette vision concernant une ressource par définition renouvelable, alors que le Canada est le premier fournisseur des Etats-Unis en énergies fossiles, force est de constater qu'il ne sera pas aisé pour les Etats-Unis de se fournir en eau douce dans les formidables réserves de leur grand voisin.

jeudi 16 juillet 2009

Partenariat renforcé entre le G8 et l'Afrique pour améliorer l'accès à l'eau

Les dirigeants des pays du G8 et de pays africains invités au sommet de L'Aquila ont annoncé vendredi le renforcement de leur partenariat pour améliorer l'accès à l'eau sur le continent africain.
Le G8 et les pays africains invités (Algérie, Angola, Egypte, Ethiopie, Libye, Nigeria, Sénégal, Afrique du Sud et Union africaine) se disent "préoccupés par la pénurie croissante des ressources en eau et par le manque dramatique d'un accès durable à l'eau et aux systèmes sanitaires dans de nombreux pays africains", dans une déclaration commune.
Selon eux, cette situation est un "des obstacles majeurs au développement durable, à la création de richesse et à l'éradication de la pauvreté" sur le continent.
"Nous sommes déterminés à bâtir un partenariat plus fort entre les pays d'Afrique et du G8 pour améliorer l'accès à l'eau et aux systèmes sanitaires" afin de parvenir "à des résultats concrets sur le terrain", assurent-ils.
Les pays du G8 aideront notamment les pays africains à construire des infrastructures pour améliorer l'accès à l'eau.
Ils s'engagent aussi à "améliorer la coordination" avec les donneurs pour que l'aide soit plus efficace et à faire en sorte que l'aide "reflète mieux les priorités nationales".
Les pays du G8 et les pays africains indiquent qu'ils vont continuer "à travailler pour consolider cette coopération en vue de présenter un partenariat renforcé G8-Afrique d'ici la fin de 2009" et profiteront de la semaine africaine de l'Eau qui doit se tenir en novembre en Afrique du Sud pour avancer sur le sujet.

Source : AFP

mardi 14 juillet 2009

L'eau en bouteille interdite dans une ville australienne

A l'heure où, en France, on nage en plein dans la polémique lancée par le docteur Servan-Schreiber, essayant de relancer les ventes d'eau en bouteille en perte de vitesse par une mise en cause aussi perverse que scientifiquement infondée de la qualité de l'eau du robinet, les minéraliers australiens ont du souci à se faire. Une petite ville australienne a en effet interdit purement et simplement l’utilisation et la vente de bouteilles d’eau, devenant ainsi la première ville du pays à revenir à l’eau du robinet pour le bien de l’environnement, et encourageant le plus grand gouvernement d’état du pays à arrêter d’acheter de l’eau en bouteille.
Les habitants de la ville de Bundanoon, un lieu touristique célèbre pour ses beaux paysages et se trouvant à 150 kilomètres au sud-ouest de Sydney, a voté avec une écrasante majorité mercredi l’interdiction des bouteilles en plastique dans la ville, pour réduire son empreinte carbone liée au transport et à la mise en bouteille de cette eau.
Les entreprises locales dans la ville de 2500 habitants ont accepté de remplacer toutes les bouteilles à usage unique par des bouteilles réutilisables qui peuvent être remplies d’eau aux fontaines pour compenser la perte de ventes.
« L’eau en bouteille a un rôle à jouer dans de nombreuses régions d’Australie et de nombreuses parties du monde mais nous n’en avons pas réellement besoin dans la mesure où nous avons une réserve d’eau municipale très importante » a déclaré le commerçant local Huw Kingston, qui a mené la campagne.
« Nous ne sommes pas une poignée d’écologistes enragés mais nous voulons juste montrer que nous pouvons travailler ensemble en tant que communauté pour le développement durable ».
Huw Kingston, qui dirige un café et un magasin de vélo, a déclaré que cette interdiction était volontaire, et qu’aucune « police de l’eau » ne serait mise en place à Bundanoon, c’est pourquoi ce sera aux 50 à 60 commerçants de la ville d’appliquer cette législation.
Les organisations telles que le groupe de défense de l’environnement WWF ont fait campagne contre les bouteilles d’eau, en disant que des ressources étaient gaspillées par la mise en bouteille et le transport de l’eau, qui pouvait être moins bonne pour la santé que l’eau du robinet, tout en étant vendue beaucoup plus cher.
Le chef du gouvernement de Nouvelle Galles du Sud, Nathan Rees, a annoncé cette semaine une interdiction immédiate d’acheter des bouteilles d’eau dans les agences et les départements d’Etat.
« L’eau du robinet n’est pas seulement meilleure pour l’environnement, c’est également mieux pour le porte-monnaie, vous pouvez boire 1350 fois pour le coût moyen d’une bouteille d’eau » a déclaré Nathan Rees.
Les australiens ont dépensé environ 500 millions de dollars de bouteille d’eau en 2008, soit une augmentation de 10% par rapport à 2007.
Le groupe de défense de l’environnement Do Something!, qui a participé à l’interdiction des sacs en plastique à Coles Bay dans l’état de Tasmanie, a bien accueilli les interdictions mises en place par le gouvernement de Nouvelle Galles du sud et par la ville de Bundanoon.
« Nous espérons que cette décision incitera les australiens à reconsidérer les 500 millions de dollars qu’ils dépensent chaque année dans les bouteilles d’eau » a déclaré le président du groupe Jon Dee.
Mais Geoff Parker, directeur de l’Institut Australasian Bottled Water, mis en place il y a dix ans pour représenter l’industrie des bouteilles d’eau, a déclaré que cette interdiction était décevante puisqu’elle limitait le choix du consommateur et car elle se faisait au détriment des distributeurs locaux.

vendredi 10 juillet 2009

La Banque Mondiale félicite la Tunisie pour sa gestion de l'eau

La Tunisie est retenue comme un exemple et modèle à suivre, au double plan régional et international dans le domaine de la gestion efficace des ressources hydrauliques. C’est ce qui ressort des résultats d’une étude réalisée récemment par la Banque mondiale sur «l’eau dans le monde arabe : perspectives de gestion et innovations», dont nous avons déjà parlé ici.
Cette distinction, qui couronne la démarche volontariste adoptée par la Tunisie dans le domaine de la gestion des ressources hydrauliques et l’ensemble de leurs dimensions politique, économique, sociale, scientifique et technologique, reflète aussi les traditions du pays dans ce domaine, partant des aqueducs romains en passant par Ibn Chabbat, il y sept siècles, avec son fameux plan de partage des eaux dans les oasis du Jerid, jusqu’aux récentes politiques instituées par le pays en matière de gestion des eaux.
La Tunisie, consciente du rôle vital de l’eau en tant que facteur à même de déterminer l’essor des peuples, a accordé une attention particulière à la préservation des ressources hydrauliques et naturelles, en vue de réaliser le développement durable. Il s’agit pour l’essentiel de garantir une eau potable pour tous et d’améliorer les services d’assainissement en général.
Cette même étude montre que la Tunisie, compte tenu de ses ressources hydrauliques limitées, a placé la question de la préservation de l’eau au centre de ses priorités, en vue de garantir le droit des futures générations à l’eau et de faire face aux changements climatiques et autres.
Le rapport fait ressortir également les principales composantes de la stratégie adoptée par la Tunisie dans le domaine de la gestion des ressources hydrauliques, plus particulièrement en matière de mobilisation des eaux. Il en ressort que la Tunisie est parvenue à mobiliser jusqu’à ce jour environ 88% des ressources hydrauliques, contre 60% en 1990.
A rappeler qu’actuellement, le volume des ressources en eau en Tunisie ne dépasse pas les 4,8 milliards de mètres cubes par an, dont 610 millions m3 peu renouvelables, 1,5 million m3 renouvelables chaque année à partir des nappes souterraines et 2,1 milliard m3 qui ruissellent chaque année au niveau des oueds.
La répartition géographique des différentes sources d’eau en Tunisie indique que 81% de ces eaux sont disponibles au Nord, 11% au centre et 8% au sud du pays. Ces résultats sont le fruit de l’ensemble des chantiers mis en route par le pays en la matière. Il s’agit pour l’essentiel des stratégies décennales de mobilisation des ressources hydrauliques dont la première, qui couvre la période (1990-200) a permis la mise en place d’un réseau cohérent d’ouvrages hydrauliques.
Cette stratégie a été renforcée par une deuxième couvrant la période (2001-2011) et qui concerne la création de 29 grands barrages, 223 barrages collinaires, 825 lacs collinaires, outre la réalisation d’un ensemble d’ouvrages pour l’épandage des eaux, l’alimentation des nappes souterraines et le forage de puits d’exploration.
Il s’agit également de raccorder les barrages entre eux en vue d’assurer un meilleur transfert des eaux, de répondre aux besoins des régions qui accusent un déficit hydraulique et d’améliorer la qualité des eaux.
Selon M. Habib Echaib, directeur des ressources hydrauliques au ministère de l’agriculture et des ressources hydrauliques, cette infrastructure de base a permis à la Tunisie de répondre à la demande en eau des grandes zones urbaines du pays notamment au cours des périodes de sécheresse et de poursuivre la réalisation du programme national de dessalement des eaux ainsi que la stratégie nationale d’économie des eaux d’irrigation.
Le programme « Pour la Tunisie de demain » se propose en outre de réaliser un saut qualitatif et d’entamer une nouvelle phase en matière de mobilisation des ressources hydrauliques pour atteindre un taux de mobilisation de 95% à l’horizon de 2011. L’objectif est d’assurer les besoins du pays à moyen et long termes et ceux des secteurs économiques en cas d’années successives de sécheresse, tout en oeuvrant à améliorer la qualité de l’eau potable.
La Tunisie est parvenue, à la faveur des politiques, programmes et plans adoptés au cours des deux dernières décennies à réaliser un équilibre entre l’offre et la demande, moyennant la mobilisation des eaux tant profondes que de surface, et a pu approvisionner régulièrement en eau potable toutes les zones urbaines, les agglomérations rurales et les quartiers populaires, notamment au cours des périodes de sécheresse.
L’étude précise, par ailleurs, que la Tunisie a préservé l’équilibre régional aux plans de la planification, de la gestion et de la distribution des eaux sur tout le territoire de la République. Le taux d’approvisionnement en eau potable est de l’ordre de 100% en milieu urbain et s’élève à 90% en milieu rural.
Le pays a également assuré les besoins des différents secteurs économiques et les demandes ciblées essentiellement dans les domaines industriels, touristiques et agricoles. Près de 420 mille hectares de périmètres irrigués ont ainsi été approvisionnés en eau d’irrigation à travers la mise en place d’un système d’irrigation disposant en grande partie d’équipements d’économie d’eau, contre 450 mille hectares programmés.
L’étude de la Banque mondiale met en exergue, sur un autre plan, l’efficience de la politique hydraulique en Tunisie concernant tant l’économie en eaux, que le traitement des eaux usées ou encore le dessalement de l’eau de mer et son exploitation au profit des secteurs de l’agriculture, de l’environnement et du tourisme.
Mme Raqya Laatiri, directrice de l’économie des eaux au ministère de l’Agriculture et des ressources hydrauliques, a affirmé que les primes affectées à l’économie d’eau s’élèvent, depuis le démarrage du programme en 1995, à près de 400 millions de dinars.
La Tunisie a veillé, dans ce domaine, à exploiter les nouvelles technologies et à promouvoir la recherche scientifique afin de maitriser les ressources hydrauliques non conventionnelles, notamment les eaux usées retraitées pouvant être utilisées dans plusieurs secteurs industriels, touristiques et agricoles ainsi que pour l’alimentation de la nappe phréatique.
Mme Laatiri a expliqué, dans ce contexte, que la Tunisie dispose de 100 stations d’assainissement produisant 225 millions de mètres cubes par an d’eaux usées retraitées dont 40 millions de mètres cubes sont consacrés à l’irrigation des périmètres irrigués. Il y a lieu de signaler que la superficie des périmètres irrigués par les eaux usées retraitées est estimée actuellement à près de 8 mille hectares.
Les réseaux d’assainissement ont également été développés à travers tout le pays. Le taux de raccordement au réseau public de l’assainissement a atteint 82% dans le milieu urbain, ce qui a permis une nette amélioration en matière de traitement des eaux, de services et par conséquent de qualité de la vie.
L’Etat a programmé le démarrage de la mise en œuvre du dessalement de l’eau de mer à l’ile de Djerba pour 2011, outre la programmation de 3 stations à Sfax et d’une autre à Zarrat (Gouvernorat de Gabès).
Mme Laatiri a enfin mis en relief le rôle des groupements d’intérêt collectif de gestion des systèmes hydraulique, sachant que la Tunisie compte aujourd’hui 2400 groupements dont 1400 s’intéressent aux systèmes hydrauliques (eau potable) et 1000 groupements ayant pour tache principale l’approvisionnement des périmètres irrigués publics en eau.
L’étude de la Banque Mondiale affirme donc que « la Tunisie n’épargne aucun effort en vue d’assurer une meilleure gestion de ses ressources hydrauliques. »
Ce souci constant se traduit par l’intérêt qu’accorde le pays à la gestion des ressources hydrauliques en commun avec l’Algérie et la Libye.
Dans cette perspective, des actions d’évaluation de ces réserves hydrauliques communes ont été menées et une stratégie commune en vue d’optimiser la gestion de ces ressources a été mise au point.
La même étude s’intéresse également à l’ensemble des défis que la Tunisie est appelée à relever en vue de répondre à ses besoins en eau à l’horizon 2030.
Il s’agit de la rareté des ressources hydrauliques, de la diminution de la qualité des eaux en raison de l’impact des changements climatiques sur les écosystèmes (augmentation des températures, diminution des quantités de pluies, apparition de phénomènes extrêmes tels que les sécheresses et les inondations).
M.Echaib a fait savoir que la stratégie mise au point par la Tunisie sur le moyen terme ( horizon 2030) et long terme (2050) vise à atteindre un taux d’économie d’eau de l’ordre de 30%, à accroître la contribution des sources d’eau non conventionnelles à 7% et à adapter l’agriculture et les écosystèmes aux changements climatiques.
Cette distinction de la Tunisie consacre, au total, des efforts déployés par le pays en matière de mobilisation et de préservation des ressources hydrauliques, d’une part, et de promotion des sources d’eau non conventionnelles (réutilisation des eaux traitées et autres..), d’autre part.

jeudi 9 juillet 2009

Appel à contribution : Risques et inégalités face à la gestion de l’eau en Méditerranée - colloque de Djerba, 24-27 septembre

Le colloque de Djerba, co-organisé par le LADYSS( Laboratoire Dynamiques Sociales et Recomposition des Espaces) et le Laboratoire Systèmes de production agricoles et développement durable de l’ESA Mograne (IRESA Tunisie), permettra de rassembler des chercheurs et des doctorants de différentes disciplines qui aborderont les questions du risque et des inégalités liés à la gestion des ressources hydriques. L’objectif scientifique de ce colloque est de confronter différentes démarches de recherche permettant d’analyser dans différents contextes nationaux les diagnostics faits aux échelles nationale, régionale et locale d’une «configuration hydraulique» confrontée à la gestion des risques.

La problématique de l'eau revêt un caractère stratégique à l’échelle planétaire et cristallise des enjeux multiples, environnementaux, économiques, sociaux et territoriaux. Les risques liés notamment à la raréfaction et à la contamination de la ressource en eau prennent une dimension particulière en Méditerranée où les aléas climatiques et l'inégale répartition des ressources contribuent à accroître la concurrence entre l'irrigation agricole et les besoins domestiques et urbains en constante augmentation. L’eau fait également l’objet d’une nouvelle rhétorique politique et gestionnaire où sont mis en avant des enjeux éthiques, d’équité sociale et de lutte contre la pauvreté, autant de dimensions qui font partie intégrante du développement durable. En effet, avec la notion de justice environnementale, la question de l’inégalité s’élargit à l’inégalité face au risque et la question de l’eau se voit posée non seulement en termes de répartition de la ressource, mais aussi d’accès à une eau propre, considéré comme un droit fondamental à garantir.

La remise en cause de la place prépondérante du secteur agricole dans l’utilisation des ressources hydriques, la nécessité de mieux répartir ces dernières entre différents usages et l’accentuation des risques environnementaux liés à l’irrigation (pollution, salinisation des eaux et des sols notamment) ont conduit partout à une réforme des politiques de l’eau et une réorganisation de ses systèmes de gestion. Au Sud, il s’agit du passage à une politique de gestion par la demande, visant à « rationaliser » l’usage de l’eau, notamment à travers des mesures tarifaires et des techniques d’économies d’eau, mais aussi des réformes institutionnelles visant à une prise en charge de la gestion de l’eau par ses usagers. Au Nord, sur fond de concurrences et parfois de conflits d’usage, l’intégration des questions environnementales conduit à la fois à la mise en place de nouvelles formes de coordination hydraulique et de nouveaux référentiels de gestion. Ce contexte modifie fortement les conditions d’accès à la ressource, génèrent de nouveaux risques dans la pratique de l’agriculture irriguée (coûts accrus, dépendance vis-à-vis des systèmes de gestion collective de l’eau, légitimité sociale de la pratique) et conduit à de nouvelles tensions dans le gouvernement des territoires.

Bien que de nombreux travaux aient déjà été effectués sur la question de la gestion hydraulique dans les pays de la Méditerranée, peu d’entre eux ont porté sur la perception du risque lié à la pratique de l’irrigation agricole, dans sa dimension sociale locale. C’est dans ce contexte que s’inscrit ce colloque proposé par le LADYSS, en lien avec le projet de recherche « Risques et inégalités face à la gestion durable de la ressource hydraulique  en Méditerranée» (RHYM).  Concernant six pays de la rive nord et de la rive sud de la Méditerranée, le projet RHYM s’est fixé comme objectifs de :
1. comprendre comment les agriculteurs irrigants identifient et hiérarchisent les problèmes que font surgir la crise hydraulique et l’expérience croissante d’un risque environnemental,
2. proposer une évaluation critique des expériences de gestion dite participative des ressources en eau, notamment de leur rôle dans la minimisation ou l’aggravation des risques et des inégalités liés à l’irrigation.

S’appuyant en partie sur les résultats du projet RHYM, le colloque de Djerba, ouvert à la communauté scientifique, permettra de rassembler des chercheurs et des doctorants de différentes disciplines qui abordent les questions du risque et des inégalités  liés à la gestion des ressources hydriques. L’objectif scientifique de ce colloque  est de confronter différentes démarches de recherche permettant d’analyser dans différents contextes nationaux les diagnostics faits aux échelles nationale, régionale et locale d’une « configuration hydraulique » confrontée à la gestion des risques.
Le colloque s’articule autour de quatre grands axes dans lesquels pourront s’inscrire les réponses à cet appel à contributions.

Les agriculteurs irrigants sont  soumis à une multitude de risques liés à la production et à la commercialisation et sont confrontés à des choix difficiles qui conditionnent leurs comportements vis-à-vis de la ressource eau. Les risques relatifs à la production sont essentiellement d'ordre économique et environnemental. Alors que les irrigants intègrent le premier type de risques (économique) et élaborent des stratégies pour le minimiser, ils tendent à être moins conscients des risques environnementaux et à moins prendre en compte ces derniers dans leur processus décisionnel. Ils perçoivent les risques environnementaux comme peu susceptibles d’être réduits par des décisions individuelles – du fait qu’ils touchent l’ensemble des irrigants -  ou comme non susceptibles d’affecter leurs résultats dans le court terme.

Les systèmes de production (choix des cultures, niveaux d'intensification, décalage des cycles de production, etc.) sont conditionnés par les opportunités commerciales et par les rapports de forces qui s’établissent entre les multiples acteurs opérant sur les marchés. La relation marché-système de production exprime fondamentalement un rapport au risque économique et des stratégies visant à le minimiser. Cette relation reflète aussi les tensions dans les processus de décision et les stratégies de valorisation de la ressource eau qui doivent prendre en compte, outre les  aspects techniques de la gestion (plus ou moins maitrisés), les déterminants du marché (prix, offre, demande, circuits de distribution, saisonnalité, etc.).
L’axe thématique « Marché, échanges et systèmes de production » apportera des éclairages sur les risques liés au marché, et plus particulièrement à la commercialisation, en liaison avec les systèmes de production (y compris dans leurs aspects techniques) et contribuera à mieux comprendre les stratégies d'adaptation des agriculteurs des différents contextes nationaux et locaux. Il s’agit notamment de répondre aux questions suivantes :
1. Un système de commercialisation performant (eg. une faible marge commerciale) et des systèmes de production adaptés aux attributs des ressources et des marchés peuvent-ils réduire le risque lié à l'irrigation?
2. La complexité des marchés, la diversité des circuits de commercialisation et les difficultés des prévisions de l'offre et de la demande (et par conséquent des prix) sont-elles de nature à accroitre la perception des risques chez les irrigants ?

La notion d’inégalité environnementale est définie le plus souvent comme une forme spécifique d’inégalité sociale qui concerne soit l’exposition aux pollutions ou aux risques, soit l’accès à la nature ou aux aménités urbaines ou rurales. Une définition plus large de cette notion prend également en compte, au-delà des inégalités d’exposition aux risques et aux nuisances, les inégalités de production des maux environnementaux et la distribution inégale des « droits » à polluer et à dégrader l’environnement (inégalités écologiques). Les champs d’application de la notion d’inégalités environnementales sont nombreux : santé, habitat, rapports Nord/Sud, etc. Dans le domaine de l’eau, la question de l’accès à la ressource hydrique symbolise les plus grandes inégalités au niveau de la planète et figure au tout premier plan de l’agenda international. Les débats internationaux mettent de plus en plus en avant les enjeux éthiques, d’équité sociale et de lutte contre la pauvreté liés à l’eau (droit à l’eau). Cet axe thématique propose d’explorer la notion d’inégalités environnementales (écologiques) et d’inégalités face au risque dans le champ des recherches sur l’eau. Il s’interroge également sur les liens entre inégalités écologiques et inégalités sociales. Quatre dimensions de ces inégalités écologiques liées à l’eau sont retenues:
1. Les inégalités d’accès à l’eau, 2. les inégalités d’exposition aux nuisances et de perception des risques liés à l’usage de l’eau, 3. les inégalités de production de nuisances et de maux environnementaux liés à l’eau, 4. les inégalités dans la capacité d’action des usagers de l’eau, plus particulièrement celles résultant de l’organisation et du fonctionnement des dispositifs de gestion de l’eau.

La construction sociale et technique du risque est affaire de confrontation à l'incertitude : celle du marché, celle de la complexité technologique, celle des aléas de la nature, celle du comportement d'autrui. Chaque individu est plus ou moins perméable à ces différentes incertitudes, propose une hiérarchie entre elles et compose avec elles pour les réduire quand il n'en fait pas un appui pour orienter son comportement. L'objectif de cet axe est de comprendre en quoi ces expériences, ces choix, ces stratégies au niveau individuel répondent à des logiques sociales et techniques et d'analyser la place qu'y occupent les dispositifs sociotechniques liés à l'irrigation. En effet, une piste de réflexion est à mener à l'échelle des pays méditerranéens pour comprendre comment la construction du risque s'inscrit dans une logique, soit de prise de risque pouvant être liée à l’innovation, soit assurantielle révélant au contraire une aversion pour le risque. Les dispositifs techniques comme le rapport à la technique seront examinés sous l'angle de leur capacité à permettre une maîtrise ou au contraire une dépendance des individus dans différents contextes sociotechniques. Cet axe thématique propose donc d'explorer l'articulation entre dispositifs sociotechniques de la gestion de l'eau et vulnérabilités. Trois angles d'approche seront privilégiés:
1. y-a-t-il un lien entre la configuration des dispositifs sociotechniques et l'expression des vulnérabilités ?
2. le rapport aux autres groupes sociaux comme le rapport aux institutions sont-ils des facteurs de réduction ou d'aggravation de ces vulnérabilités ?
3. quelles sont les modalités de réponses (technique, adaptation ou innovation) et quels comportements d'anticipation génèrent ces situations vulnérables (adhésion à des modèles ou rejet, logiques techniques de dépendance ou de maîtrise, …) ?

 La gestion de l’eau offre un terrain concret d’observation de la transformation des cadres institutionnels et territoriaux de la gestion des ressources naturelles et de l’émergence de nouvelles formes de gouvernance territoriale, réorganisant les rapports entre acteurs publics, privés et associatifs. Elle constitue un lieu d’investigation particulièrement intéressant des interactions, et de la manière dont sont négociées les tensions, entre logiques individuelles et exigences de l’action collective. Générant des dispositifs de gestion plus complexes, les nouvelles approches participatives et intégrées de la question hydraulique conduisent à s’interroger sur :
1. les conditions du passage d’une gestion étatique à une gestion par les usagers ou d’une refondation du  partenariat public/privé,
2. les conditions du passage d’une gestion de l’eau conçue comme ressource pour la production à une gestion concertée multi-fonctions,
3. les modalités d’articulation entre anciens et nouveaux dispositifs de gestion,
4. les échelles territoriales pertinentes pour la gestion de l’eau (territoire institutionnel, territoire de la ressource, territoire technique).

* L’UMR Ladyss « Dynamiques sociales et recomposition des espaces » est un laboratoire pluridisciplinaire associant deux disciplines principales, la géographie et la sociologie et quatre sites. Elle est contractualisée avec quatre universités – Paris 1, Paris 7, Paris 8 et Paris X Nanterre (université de tutelle), et rattachée à deux sections du Comité national de la recherche scientifique, la section 39, « Espaces, Territoires, Sociétés » (section principale), et la section 36 « Normes et Règles ». Sa direction est assurée par un sociologue, Jean-Paul Billaud. Le laboratoire consacre ses travaux à l’étude des processus et formes actuels de recompositions sociales et spatiales en rapport avec la mondialisation et les problèmes d’environnement. Mieux relier ces processus et leurs différentes composantes, en combinant les approches et les points de vue disciplinaires et à travers la confrontation d’analyses menées à différents niveaux et différentes échelles et dans des contextes territoriaux diversifiés, représente l’objectif d’un projet qui s’inscrit d’emblée dans le mouvement de décloisonnement sémantique et thématique qui traverse les sciences sociales.


Lieu et dates du colloque
Djerba, 24-27 septembre 2009


Responsables scientifiques
Jean-Paul Billaud, Alia Gana
Envoyer  un résumé de votre communication d’une page avant le 05 septembre 2009 aux responsables scientifiques
Alia Gana : agana@u-paris10.fr
Jean-Paul Billaud : billaud@u-paris10.fr

http://calenda.revues.org/nouvelle14212.html

mercredi 8 juillet 2009

Le Cemagref en pointe pour réduire la consommation hydrique agricole


A Montpellier, des chercheurs consacrent leurs travaux à la réduction de la consommation d'eau dans l'agriculture, qui absorbe dans le monde 70% de l'eau douce consommée annuellement, avec l'objectif de "valoriser chaque goutte" de cette ressource vitale.

Les travaux de ces chercheurs du Cemagref (institut de recherche pour l'ingénierie d'agriculture et de l'environnement) suivent deux axes principaux: expérimenter un nouveau mode d'irrigation basé sur "un goutte à goutte enterré" et promouvoir, notamment au Maghreb, une reconversion de l'irrigation classique, par rigole, vers le goutte à goutte de surface.

Le récent Forum mondial de l'eau, à Istanbul, a mis en évidence que le temps de l'eau facile était révolu sur cette planète soumise à la double pression de la croissance démographique - la population devrait passer de 6,5 milliards d'humains aujourd'hui à 9 milliards en 2050 - et du réchauffement climatique.

Réduire la consommation d'eau dans l'agriculture tout en augmentant la production alimentaire, "c'est le grand challenge", analyse Sami Bouarfa, chercheur au Cemagref.

Dans l'arboriculture et le maraîchage, le "goutte à goutte de surface", avec des tuyaux à même le sol, a déjà fait ses preuves. En limitant l'évaporation, cette technique "permet de réaliser une économie de 50% d'eau par rapport à l'irrigation par rigoles, et de 15% par rapport à l'irrigation par aspersion (jets), couramment pratiquée en France", souligne Sami Bouarfa.

Mais elle est incompatible avec le passage d'engins de labours ou de récolte sur les terres semées de céréales, qui représentent en France environ 50% des cultures sur les terres arables.

Il est donc indispensable d'enterrer les tuyaux, ce qu'expérimente depuis deux ans le Cemagref à Montpellier, où des parcelles de blé, d'orge et de maïs sont cultivées avec les trois techniques d'irrigation: aspersion, goutte à goutte de surface et enterré. Objectif: analyser et comparer la croissance de la plante, les quantités d'eau utilisées, les rendements de la céréale, et enfin modéliser sur ordinateur les données recueillies.

Avec le goutte à goutte enterré, 10% d'eau pourraient encore être économisés par rapport au goutte à goutte de surface, assure Pierre Ruelle, agronome au Cemagref.

"Ce n'est pas négligeable mais cela risque de ne pas suffire", souligne Sami Bouarfa.

Car dans le monde, l'irrigation gravitaire - par rigoles - est de loin la technique la plus utilisée. Mais elle est souvent à l'origine d'un grand gaspillage.

Participer à la conversion des agriculteurs au goutte à goutte est donc une autre mission que mènent, notamment au Maroc, avec les autorités et les chercheurs marocains, les équipes du Cemagref et du CIRAD.

Dans ce pays, un million d'hectares sont irrigués en gravitaire et l'enjeu est d'en convertir plus de la moitié au goutte à goutte classique, d'ici 2020.

Un défi dans la mesure où les agriculteurs sont habitués à submerger leurs cultures, note Sami Bouarfa. Par ailleurs, pour les petits exploitants, le passage au goutte à goutte représente un risque économique, même si le Maroc accorde jusqu'à 60% de subventions pour l'équipement.

Mais ce sont eux qu'il faut convaincre, car ce sont les plus nombreux et ils occupent les plus grandes surfaces. C'est là un vrai enjeu, dit Sami Bouarfa.

H2O mon amour


H2O mon Amour est une association toulousaine qui organise chaque année un colloque scientifique transversal : cette année, ce sera les 11 et 12 septembre. En proposant ce colloque, l’association H20 souhaite apporter une perspective transversale, avec des sujets très divers permettant aux participants d’acquérir un savoir pluridisciplinaire.


Parmi les interventions proposées :

Eau virtuelle : le mensonge est dans les chiffres, l’équation réelle est bien plus complexe … par Yann Olivaux, biophysicien, L’eau et le fœtus : action de l’environnement sur le liquide amniotique. Pathologies fœtales et précautions pour un développement optimal par Georges Dussert, médecin, Couleurs de l’eau : tout savoir sur les arcs en ciel et les phénomènes optiques liés à l’eau du ciel par Roger Raynal, professeur de biologie, Eaux informées et horticulture. Rendements quantitatifs et qualitatifs après l’action d’une eau traitée. Mais qu’est ce que l’eau informée ? par Patrice Godart , checheur indépendant, L’eau dans l’air, le plasma virtuel, ses effets réels. Du gaz de Brown aux générateurs actuels, une piste passionnante pour une énergie à profusion par Gérard Froussart, chercheur indépendant, Physique de la goutte d’eau. La forme, comme la dynamique d’une goutte d’eau statique ou en mouvement, sont régies par des lois physiques simples …mais difficiles à appliquer par Marc Henry, Prof. Fac de Strasbourg, Micro centrales et biodiversité. Les microturbines respectent désormais la faune , elles ont néanmoins un rendement étonnant par Pierre Lefevre, cabinet Hydo-M, Dégazage des lacs hyperbiotiques. Catastrophe annoncée ou opportunité énergétique ? Des considérations politiques bloquent actuellement les recherches par Pierre Lefevre, cabinet Hydo-M, Réseaux haute tension et élevages. Nuisances sanitaires et courants collatéraux, l’avis d’une vétérinaire de terrain par Françoise Heitz, docteur vétérinaire, Rôle de l’eau liée dans les transferts énergétiques cellulaires Influence de la structure de l’eau interfaciale sur les activations enzymatiques. Exemples et conséquences biologiques par André Moulin, biologiste 13190 Allauch, Action d’ondes électromagnétiques ( téléphone portable) sur des échantillons d’eau déstrucurée, puis restructurée ( procédé Dileka) par Joseph Ligné, ingénieur, chercheur indépendant. L’imaginaire de l’eau : présence dans les mythes humains, mais aussi dans des situations extrèmes ( états de conscience modifiée), d’une réalité éthérique dont le support physique est l’eau par Roger Durand, professeur à L'Université de Clermont-Ferrand.

plus d'infos sur http://h2omonamour.blog.fr/

mardi 7 juillet 2009

Tensions sur les ressources hydriques en Inde


A Calcutta le 15 juin et à New Delhi le 16 juin, ont eu lieu des manifestations contre les carences de l’approvisionnement en eau.

A New Delhi, des militants du Parti Bharatiya Janata (BJP) ont organisé une manifestation devant l’Assemblée de Delhi pour protester contre les coupures d’eau et d’électricité dans la capitale. Le parti se plaint de « l’inefficacité du gouvernement à agir pendant que 40 % de la population endure la situation. »

A Calcutta, Indian Express.com rapporte la manifestation qui s’est déroulée devant le conseil municipal. La crise de l’approvisionnement en eau constitue le motif de ce mouvement. Certains des manifestants auraient été réprimés par les autorités. Javed Ahmed Khan, le leader de cette manifestation explique : « il y a plein de gens dans le Sud de Kolkata qui subissent la crise de l’eau. Bahala et Tollygunj n’ont pas d’eau. Nous avons mené un mouvement d’opposition pacifique jusqu’à ce que la police se mobilise. »

La veille, à Chandigarh, se déroulait justement un séminaire sur la crise de l’eau et le rôle des médias, durant lequel les experts ont avancé que la rareté en eau était davantage due à une mauvaise gestion qu'à la sécheresse.

R.K. Srinivasan, du Centre pour la science et l’environnement estime qu’« il y a d’abondantes sources d'eau disponibles, mais la mauvaise gestion, l’inertie des bureaucrates et l’indifférence de la société sont les causes de la pénurie. » Selon Bajinder Pal Singh, journaliste et chercheur environnementaliste à l’Université de Panjab, le Nord-ouest de l'Inde exporte des milliards de litre d’eau virtuelle, ce qui est « surprenant » étant donné que la région est considérée comme une des régions les plus touchées par le manque d’eau. Les participants se sont quittés en recommandant vivement aux médias d'informer, d’instruire et de motiver la population de manière à utiliser les ressources de manière à ce que l’eau nécessaire pour les générations futures ne soit pas épuisée.

Annuaire RSS Fluxenet